Hommage à Gaston Amiel - porte drapeaux

GASTON

C’est toujours un moment douloureux, pour nous, d’accompagner un camarade, un frère d’armes en ces lieux.

Tu as exprimé le désir de ne pas avoir d’éloge funèbre. Mais tu souhaitais la présence du Drapeau de la section des Médaillés Militaires, ainsi que celui des Anciens combattants.

Conformément à tes souhaits nous sommes présents pour t’accompagner à ton dernier voyage. Rassures toi, Gaston, je serai bref.

A 20 ans ta vie s’est orientée vers une carrière militaire dans l’armée de terre « l’Infanterie Coloniale », une arme qui était toujours en première ligne.

Tu as participé à de nombreuses campagnes : Cochinchine, Algérie, Madagascar et autres. En 1957, lors de la campagne d’Algérie, tu as été blessé par balle. Tu es titulaire de nombreuses décorations (Croix du combattant volontaire d’Indochine, Croix du combattant volontaire d’Afrique du Nord, Médaille Coloniale d’Extrême Orient, Croix du combattant et bien d’autres)

Mais la seule qui te tenait à cœur était la médaille militaire que tu portais depuis 1962.

Tu es passé par tous les grades jusqu’à celui de sergent-chef, une carrière bien remplie (16 ans 3 mois et 25 jours). Conformément à tes volontés, je n’en dirais pas plus sur ton attachement et dévouement aux différentes associations qui perpétuent le devoir de mémoire pour nos camarades morts pour la France.

Tu a fais partie de ces hommes qui ont donné leur jeunesse et une grande partie de leur vie au service de la France, sans en faire état et avec la plus grande discrétion. 

Merci Gaston pour ton exemple.

La 1790ème section des médaillés Militaires de Garéoult, la section des Anciens Combattants présentent à ton épouse Gilberte et à ta famille qui t’entourent ses très sincères condoléances.

AU REVOIR GASTON

Hommage à Jean Claude Cierps

Jean-Claude

C’est toujours un moment douloureux, pour nous, d’accompagner un camarade, un frère d’armes en ces lieux.

Tu venais juste rejoindre les rangs de la section de Garéoult. Malheureusement tu nous as quitté avant que je puisse te présenter aux membres de la section et de faire plus ample connaissance.

Tu t’es engagé dans la marine le 31 juillet 1961, à l’âge de 18 ans, comme simple matelot pour une durée de 4 ans. Le 31 juin 1965, tu abandonnes l’uniforme avec le grade de quartier maître de première classe. Tu retournes à la vie civile et tu es employé à l’Institut Technique de Sèvres à l’atelier fonderie.

L’appel du large devait te manquer, car le 1 janvier 1970, tu retournes dans la marine en conservant ton grade.

Tu as été affecté sur plusieurs bâtiments et effectué quatre campagnes outre mer, 3 à Mururoa et 1 à Papeete.

Tu es décoré de la médaille de bronze de la Défense Nationale et de la Médaille Militaire le 31 décembre 1992.

Le 15 janvier 1997, tu quittes définitivement la marine avec le grade de maître principal après 31 ans et 15 jours de service.

La 1790ème section de la Société Nationale d’Entraide de la Médaillé Militaire de Garéoult, les anciens combattants de Garéoult présentent à ton épouse et à tes trois enfants Sylvie, Philippe et Hervé leurs très sincères condoléances.

AU REVOIR Jean-Claude

Hommage à Jean Luc Legand

18 Août 2007
18 Août 2007

  Jean-Luc     

 C’est toujours un moment douloureux, pour nous, d’accompagner un camarade, un frère d’armes en ces lieux.  

Conformément au désir de ton épouse nous serons discret et nous ne nous étendrons pas sur ta carrière militaire. Mais tu souhaitais la présence du Drapeau de la section des Médaillés Militaires.  

Conformément à tes souhaits et à ceux de ta famille nous sommes présents pour t’accompagner à ton dernier voyage.   

Le 01 novembre 1966 tu es incorporé, à Trèves en Allemagne, au régiment du train. Tu y fais un bref passage, le 16 février 1967 tu rentres à l’école de gendarmerie de Melun.  

Le 01 mai 1968, tu as ta première affectation à la brigade territoriale de Herserange.  

En novembre 1974, tu rejoins la brigade mobile d’intervention à Longwy-Mont St Martin. En septembre 1982 tu rejoins la brigade territoriale de Bitche, puis en 1987 tu es affecté à Sarreguemines où tu prends ta retraite en août 2000, avec le grade d’adjudant-chef.  

Tu as reçu la médaille d’argent de la défense nationale le 01 janvier 1988. Le 31 décembre 1992 tu es décoré de la médaille militaire.  

Tu adhère à la section des médaillés militaires de Garéoult, et rapidement tu fais parti du comité de section.  

La 1790ème section des médaillés Militaires de Garéoult, la section présente à ton épouse Claude et à ta famille qui t’entourent ses très sincères condoléances.   

AU REVOIR JEAN-LUC 

Hommage à Louis Hernandez

LOUIS

C’est toujours un moment douloureux, pour nous, d’accompagner un camarade , un frère d’armes en ces lieux.

Lors de notre dernière visite, sur ton lit d’hôpital, tu nous a exprimé le désir de ne pas avoir de cérémonial. Mais tu souhaitais la présence des Médaillés Militaires et du Drapeau.

Conformément à tes souhaits nous sommes présents pour t’accompagner à ta dernière demeure. Rassures toi, Louis, je serai bref.

A 18 ans ta vie s’est orientée vers une carrière militaire dans l’armée de terre « l’Infanterie de Marine », une arme qui est toujours en première ligne.

Tu as participé à de nombreuses campagnes : Indochine, Tunisie, Algérie et d’autres. Cela t’as valu de nombreuses récompenses.

Mais la seule qui te tenait à cœur était la médaille militaire que tu portais depuis 1962.

Tu es passé par tous les grades jusqu’à celui de sous-officier supérieur, une carrière bien remplie. Tu a fais partie de ces hommes qui ont donné leur jeunesse et une grande partie de leur vie au service de la France, sans en faire état et avec la plus grande discrétion.

Merci Louis pour ton exemple.

La 1790ème section des médaillés Militaires de Garéoult et tes amis présentent à ta famille qui t’entoure ses très sincères condoléances.

AU REVOIR LOUIS

Hommage à Marcel Gautier

MARCEL

C’est toujours un moment douloureux, pour nous, d’accompagner un camarade, un frère d’armes en ces lieux.

La présence du Drapeau de la 1790ème section de Garéoult de la société nationale de l’entraide de la Médaille Militaire, rappelle à tes proches ainsi qu’aux Médaillés Militaire ton profond attachement à notre section. En effet, tu en as été l’un des fondateurs en 1984.

En 1943, en pleine période d’hostilité, la France est en guerre, ta vie s’est orientée vers une carrière militaire dans la Gendarmerie à l’âge de 23 ans.

Tu as accompli pratiquement toute ta carrière hors du territoire métropolitain. Tu as été en poste en Allemagne de 1946 à 1949, puis mutation l’Indochine où tu as été blessé en 1951. Après plusieurs séjours en Guyane, Cameroun pour le maintien d’ordre lors des événements du passage à l’indépendance de ce pays, la Nouvelle Calédonie puis retour sur le territoire français dans l’est de la France où tu termine une carrière bien remplie après 29 ans et 6 mois de service.

Tu as été décoré de la Médaille Militaire en juillet 1958.

Rendu à la vie civile, tu as participé activement à la vie associative notamment à la création de l’école de musique de Garéoult.

Tu a fais partie de ces hommes qui ont donné leur jeunesse et une grande partie de leur vie au service de la France, sans en faire état et avec la plus grande discrétion. 

Lorsque nous venions vous rendre visite, à toi et à ta femme Lucie, tu nous accueillais toujours avec une bonne humeur et une gaité non feinte, la plaisanterie facile.

Merci Marcel pour ton exemple.

La 1790ème section des médaillés Militaires de Garéoult, les anciens combattants de Garéoult  présentent à ton épouse Lucie et à ta fille Anne-Marie qui t’entourent leurs très sincères condoléances.

AU REVOIR MARCEL