ESPACE DEDIE A NOS CAMARADES

Marcel cruveilhier -2013

Le lundi 7 octobre 2013 nous avons accompagné notre tres chèr camarade et ami Marcel Cruveilhier à sa dernière demeure .

 

Ancien FNFL

Chevalier de la Légion d'honneur

Médaillé militaire

Croix de guerre 1939 - 1945

Croix du combattant 1939 - 1945

Médaille de la France libre

Croix du combattant de moins de 20 ans

Président fondateur de la 1790 section 

Le 2 novembre, remise du diplôme et de la médaille d'or de la Société à Madame Michèle HOCHE-CRUVEILHIER.

Cette haute distinction a été attribuée le 10 octobre 2013 à feu Marcel.

 
Télécharger
Edition n° 26 de la revue de l'assiociation ALAMER
FaisonsLePoint.26.pdf
Document Adobe Acrobat 1.2 MB

Un peu d'histoire ....de France

Télécharger
fondation de la France Libre.pdf
Document Adobe Acrobat 3.4 MB

Hommages : du Président de la 1790 éme section et de Mr le Maire de Garéoult

Télécharger
amiralCHALIN.png
Format d'image Portable Network 260.1 KB
Télécharger
Hommage a Marcel.pdf
Document Adobe Acrobat 67.1 KB
Télécharger
Hommage de Mr Gérard Fabre.pdf
Document Adobe Acrobat 497.1 KB

Quelques affectations de Marcel Cruveilhier

Eléménts recueillis sur le site ALAMER.FR

Etats de service...

  Affectation Londres CPL
04 janvier 1939 5ÈME DÉPÔT TOULON - Engagement
16 janvier      3ÈME DÉPÔT LORIENT - Affectation
02 septembre      LA GALISSONNIÈRE - Embarquement
01 avril 1941 JEAN DE VIENNE - Embarquement
13 septembre      D'ENTRECASTEAUX - Affectation
11 mars 1942 CASERNE BIR-HAKEIM - Affectation
21 mai      FNFL (rejoint)
03 octobre      OURAGAN - Affectation
15 décembre      LA COMBATTANTE - Affectation
10 janvier 1943 SAVORGNAN DE BRAZZA - Affectation
01 mai 1945 Affectation 2ème flotille de vedettes Brest
21 janvier 1946 Rayé des contrôles de l'activité

l'aviso Savognan de Brazza

Avec son sister-ship Amiral Charner, il fit partie des forces navales en Extrême-Orient jusqu’en février 1940. Ayant participé à l’évacuation de la poche de Dunkerque, il se trouve au Royaume-Uni lors de la saisie britannique sur les navires français, le 3 juillet 1940 (opération Catapult). Il est réarmé pour faire partie des Forces navales françaises libres (FNFL) et commandé par le capitaine de corvette André Roux (qui deviendra amiral). Au sein des FNFL il participe notamment à la bataille de Dakar puis à celle de Libreville où lors d’un combat fratricide, il met hors de combat un de ses sister-ship, le Bougainville appartenant à la marine du régime de Vichy. Il continue ensuite la guerre dans la mer Rougeen participant au blocus de Djibouti entre juin 1941 et avril 1942. Il est ensuite affecté à l’escorte de convoi transatlantique. En juin 1943 on le retrouve du côté de Madagascar avant de passer le reste de la guerre avec l’Eastern Fleetbritannique dans le Pacifique sud.

Ses dernières missions seront elles aussi dans le Pacifique puisqu’il participera à la guerre d'Indochine avant d’être désarmé en 1957.

Il reçut durant sa carrière deux citations, l’une à l’Ordre de la Division et l’autre à l’Ordre de l’armée.

La bataille du 5 mai 1942 - Diego Suarez - opération Ironclad

lien actif

 Le baroud d’honneur du PG-79 d’Entrecasteaux.

Sur les plages, le débarquement se poursuit mais il est sérieusement ralenti par l’action de l’aviso D’"Entrecasteaux". Celui-ci a réussi à l’aube, à échapper aux torpilles britanniques et à sortir de la rade. Pendant toute la journée du 5 mai, il va combattre à l’intérieur de la Baie de Diego Suarez, évitant les torpilles et les bombes, manoeuvrant dans tous les sens, mais sans être touché trop sérieusement. Le général Sturges, commandant les troupes de débarquement, demande au HMS Ramillies d'éliminer le d'Entrecasteaux dont le tir précis empêche le progression à terre. Mais malgré tous ses efforts, il ne parvient pas à couler l’Aviso. Néanmoins, le D’Entrecasteaux reçoit des éclats qui lui font des voies d’eau. En fin de journée il vient se mettre à l’abri dans la Baie des Cailloux Blancs et s’y échoue par des petits fonds, de façon à pouvoir continuer sa mission. Avec son artillerie de 138, il continue à prendre le convoi sous ses feux et arrête notamment la progression d’une batterie d’artillerie qui tente de rallier le Cap Diego. Le 6 mai, la Royal Navy parvient enfin à repérer et à endommager le bâtiment français qui les harcèle et les exaspère depuis 36 heures. Les explosions à bord tuent un officier et quinze officiers mariniers et matelots, l’aviso coule partiellement. Il sera renfloué en 1943 et reprendra du service en 1944.